Un peu d’histoire 🙂

L’origine des crêpes et des galettes remonte à la nuit des temps, et si on les associe spontanément à la Bretagne, où elles ont conquis leurs lettres de noblesse, elles ne sont pas l’apanage de ces seules contrées.

Bien avant Jésus-Christ, la « galette » était l’alimentation de base dans les campagnes. Accompagnée de différentes céréales, la galette n’était encore qu’une simple bouillie étalée et desséchée qui était préparée sur une plaque de métal, « bilig » en breton, puis cuite dans l’âtre de la cheminée.

L’histoire de la galette bretonne se mêle alors à l’extraordinaire destin du sarrasin. Originaire d’Asie, ce blé noir aux fleurs roses fut rapportée des croisades au XIIème siècle. Sa culture se diffusa alors du Nord au Sud, d’Est en Ouest.

Surnommé « la plante des cents jours », le sarrasin croît rapidement, mais exige une humidité constante, un climat tempéré et une terre acide : la Bretagne conviendra donc parfaitement à la culture de ce plant.

Sa culture locale commença véritablement au début XVIème siècle sous l’impulsion de la Duchesse Anne de Bretagne qui, convaincue de ses avantages (qualités nutritives et fort rendement), décida d’en généraliser l’exploitation à l’ensemble de son duché.

Crêpière Poul Fetan

 C’est ainsi que le blé noir, moulu en farine, entra dans la composition de la « galette de sarrasin ».

La galette de sarrasin se cuisait à la poêle sur une seule face. On pouvait la couper en fines lanières pour agrémenter soupes ou bouillons ou la garnir, encore chaude, d’oeuf, de pâté, de saucisses, de sardines et de multiples autres produits locaux.

La crêpe de sarrasin, beaucoup plus croustillante, s’obtenait en battant longuement la pâte au « poing » et se cuisait, sur les deux faces, sur des pierres ou biligs en fonte. Elle était principalement dégustée au dessert. Les crêpières rajoutèrent alors des oeufs à la pâte puis la parfumaient de cannelle ou fleur d’oranger. La crêpe douce était née.

Crêpe-Billig

Bientôt, le froment remplaça le sarrasin, puis le lait entra dans la composition.

Aussi, on appellera désormais « galettes » tout ce qui est réalisé à base de sarrasin et consommé plutôt salé, et « crêpes » tout ce qui est confectionné à partir du froment et dégusté plutôt sucré.

À partir de 1872, la consommation des crêpes et galettes chuta et plus encore chaque jour. C’était la grande invasion du « Pain ».

De nos jours, les crêpes et galettes sont devenus un produit de « fête ». Confectionnées de façon plus rare, elles sont aujourd’hui de plus en plus variées et accompagnées de garnitures des plus diverses. Vous les apprécierez encore mieux accompagnées d’une bonne bolée de cidre (boisson alcoolisée obtenue par cuisson des pommes à base de jus fermenté).

C’est donc ainsi que les galettes et crêpes sont désormais naturellement associées à la Bretagne qui a su parfaitement mettre en avant cette longue tradition et en faire une spécialité gastronomique reconnue.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest1
Show Buttons
Hide Buttons